Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 11:39

Mars 2011

 

Accident nucléaire au Japon. Si un accident nucléaire se produisait dans la centrale nucléaire la plus proche de notre canton de Bellême, celle de St Laurent des Eaux, que faudrait-il faire si les vents portaient le nuage radioactif vers nous ?

 

La consigne générale de base pour se protéger des corps radioactifs est de se calfeutrer chez soi, ventilation arrêtée. Le nuage est porteur de gaz et de poussières radioactives. La contamination des zones traversées est très variable. Si au passage d'un village une pluie survient, elle va lessiver le nuage et il y aura un fort dépôt de substances radioactives au sol. S'il n'y a pas de pluie au-dessus du village voisin, la contamination sera beaucoup moins forte. Les comportements individuels devront donc être différents.

 

Une protection particulière existe pour limiter les effets de l'iode 131 radioactif. C'est l'ingestion d'iode stable.

 Par arrêté du 3 décembre 2004 la préfecture de l'Orne a mis sur pied l'organisation de la distribution des comprimés d'iode à la population.


L'iode, qu'il soit radioactif ou non, se loge dans nos glandes thyroïdes. En cas d'accident nucléaire, on prévoit de donner aux populations des pastilles d'iode stable pour saturer leurs glandes afin de ne plus laisser de place à l'iode radioactif.

La distribution des pastilles à la population devra donc se faire avant l’arrivée du nuage radioactif si l’on veut qu’elle soit efficacement protégée, mais pas trop tôt.

Comment est organisée pratiquement cette distribution ?

Prenons l’exemple du canton de Bellême. Le plan départemental de gestion des stocks de comprimés d’iode organisé par la préfecture prévoit la distribution des comprimés d’iode en cas d’alerte nucléaire aux personnes de moins de 25 ans, aux femmes enceintes, aux personnes à mobilité réduite ou confinées. Cette population représente à peu près 800 personnes sur les 5500 du canton. Deux pharmacies du canton ont le stock de comprimés : Bouillez-Collard et Penchet-Viala (selon l'arrêté de 2004).

En cas d’alerte, l'arrêté préfectoral prévoie que les pharmaciens ci-dessus apportent leur stock à la salle des fêtes de Bellême (bureau de vote) et supervisent la distribution.

La population sera informée de cette mise à disposition par communiqués de presse (Ouest-France, radios locales et Fr3). Les Maires devront également prendre toutes les dispositions pour informer le public.

 

Le tableau ci-dessous donne la distance à vol d'oiseau entre Bellême et les centrales nucléaires les plus proches.

 

Sites

  

Ville la plus proche

Puissance en mégawatts électriques

Observations

Avoine

130 Km

Chinon

3600

 

St Laurent des Eaux

105 Km

Blois

1800

 

Flamanville

220 Km

Cherbourg

2200

Site d’implantation du réacteur EPR en construction

Paluel

160 Km

St Valéry en Caux

3600

 

Penly

180 Km

Dieppe

1800

 

Dampierre en Burly

160 Km

Gien

3600

 

La Hague

230 Km

Cherbourg

0

Centre de retraitement et de stockage du combustible nucléaire usé.

 

Des vents de 50 Km/heure orientés vers notre canton, conduirait Bellême à recevoir le nuage radioactif en 2 heures pour un accident à St Laurent des Eaux et en 4 heures pour un accident à Flamanville. L’information et la distribution de l’iode devront donc être particulièrement efficace. Par ailleurs une distribution après l’arrivée du nuage serait en contradiction avec la consigne générale qui veut que le comportement de base à adopter est de se calfeutrer chez soi, de ne pas sortir.

Il convient de bien noter que l’iode stable distribué ne protège que vis-à-vis de l’iode radioactif et non pas des autres corps radioactifs.

 

Selon le service de la protection civile de la préfecture de l'Orne, un nouvel arrêté devrait remplacer celui de 2004 d'ici la fin de l'année 2011. M le Préfet a demandé aux instances nationales que la distribution des comprimés d'iode se fasse à tous les habitants et non pas seulement aux moins de 25 ans.

 

Quelques informations complémentaires

L'uranium que l'on met dans un réacteur nucléaire, même enrichi, est peu radioactif. On le trouve à l'état naturel dans de nombreux pays. Il n'est pas très dangereux. Sauf le combustible appelé MOX, qui est fabriqué avec une bonne part de plutonium 235 issu du combustible usé et retraité. Mais, une fois que la réaction nucléaire commence, il en va tout autrement. Le réacteur est un formidable générateur de corps très radioactifs comme l'iode 131, le cobalt 60, le ruthénium, le césium 137, le plutonium 239, pour n'en citer qu'une toute petite minorité. Ils n'ont pas tous la même nuisance. Pour simplifier, celle-ci provient de trois facteurs. Il y a d'abord leur "activité" qui s'exprime en Curie ou en Becquerel et qui traduit en fait la quantité du corps radioactif. Plus le nombre de Becquerel est élevé, plus la nuisance est forte. Il y a ensuite l'énergie du rayonnement émis qui joue. Celui issu du tritium est le plus faible alors que celui du plutonium 239 est parmi les plus forts. Enfin il y a leur "période radioactive", encore appelée demi-vie. La période est le temps au bout duquel leur activité a été divisée par deux. En effet, l'activité de tous les corps radioactifs décroît avec le temps. Ainsi la période de l'iode 131 radioactif est de 8 jours. Si, le jour où il s'échappe accidentellement d'un réacteur, son activité est de 1000 becquerels, 8 jours après il n'en restera plus que 500 et 8 jours encore après, 250. Si l'on joue à ce petit calcul, au bout de 10 périodes, soit 80 jours, l'activité initiale aura été divisée par 1024 et au bout de 20 périodes, soit 160 jours, elle aura été divisée par 1.048.576. Autrement dit, il n'en reste plus beaucoup. Ce n'est pas le cas du césium 237 qui est le deuxième radionucléide à poser problème lors d'un accident nucléaire. Sa période est de 27 ans. Son activité sera donc divisée par 1024 au bout de 13.824 ans. C'est pour cette raison qu'il s'en trouve toujours dans certaines régions françaises suite à l'accident de Tchernobyl.

La période du plutonium 239 est de 25.000 ans. Pour que son activité soit divisée par 1024, il faut attendre dix périodes, soit : 250.000 ans. Par ailleurs le Pu 239 est caractérisé par une nuisance radioactive très forte due notamment à son émission de particules alpha très énergétiques et une nuisance chimique tout aussi dangereuse. C'est un des corps radioactifs qui pose le plus de problème à très long terme : comment assurer une stabilité politique et sociale pour que les équipes qui gèrent les stocks de combustibles usés contenant du Pu 239 et d'autres produits très radioactifs puissent le faire correctement pendant 250.000 ans ou plus ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Froidevaux - dans Electricité et nucléaire
commenter cet article

commentaires

Grousselas 30/05/2011 06:27


Si ces précautions dispensées à la population sont louables, elles ne résoudront jamais les risques et les conséquences considérables d'un accident nucléaire majeur.
Pour l'accident de Tchernobyl, c'est une longue agonie qui a commencée il y a 25 ans pour des millions de personnes ( plus de 9 millions de victimes avait déclaré Kofi Annan )
Tous les chercheurs indépendants sont unanimes, près d'un million de morts en 25 ans ! 80 % des enfants sont malades dans la région ( Belarus, Ukraine, Russie )
Fukushima, ce sera sans doute pire.
A ces 2 catastrophes majeures s'ajoutent les pollutions radioactives de plus de 400 réacteurs en fonctionnement sur la planète, les effets des essais nucléaires militaires ( plus de 200 en Algérie
! 2053 explosions nucléaires de 1945-1998 )
La pollution " Radioactive " causée par l'uranium appauvri issu de l'armement utilisé en Irak, en Afghanistan, en ex-Yougoslavie etc.. représente l'équivalent de
400 000 bombes de Nagasaki !
Le plus grave étant d'habituer les populations à vivre avec les risques d'accidents majeurs et les pollutions aux conséquences incalculables. Ceci avec la complicité criminelle des lobbyistes du
nucléaire, AIEA en tête.


Présentation

  • : Le blog de Laurent Froidevaux
  • : Ce blog est destiné à l'information des habitants de la commune de St Fulgent des Ormes et à tous ceux qui s'intéressent à notre village. Il traite de sujets politiques, écologiques, énergétiques, etc.
  • Contact

Profil